La lutte anti-contrefaçon de SANOFI

SANOFI SITE DE TOURS

Crédit photo : ©Franck Fouquet

Rencontre avec le Docteur Caroline Atlani,
directrice de la Coordination anti-contrefaçon de SANOFI

Alors qu’un médicament sur dix vendus dans le monde est une contrefaçon, le Docteur Caroline Atlani, directrice de la Coordination anti-contrefaçon de SANOFI, rappelle l’engagement de SANOFI en matière de lutte contre la contrefaçon de médicaments.

 

*           *

 

L’engagement de SANOFI contre la contrefaçon passe par la conduite d’une stratégie de lutte et d’une stratégie de prévention.

La stratégie de lutte déployée par SANOFI repose sur le triptyque « détection, analyse, actions ».

Détection.

La stratégie de lutte de SANOFI consiste, en premier lieu, à détecter les contrefaçons de médicaments qui pourraient être mises à disposition des consommateurs, tant sur les marchés physiques que sur internet.

Analyse.

Une fois que les médicaments contrefaits sont interceptés, ces derniers sont analysés au sein du Laboratoire Central d’Analyse des Contrefaçons de SANOFI. Le Docteur Caroline Atlani précise que des techniques très sophistiquées sont utilisées afin de comparer ces faux produits aux médicaments d’origine et d’étudier en détails le contenu des médicaments contrefaits. Depuis sa création en 2008, le laboratoire a analysé plus de 20 000 produits suspects, tandis que ses effectifs ont plus que doublé en l’espace de cinq ans. Ce travail soutenu d’analyse permet notamment de dresser une véritable « carte d’identité » des contrefaçons de médicaments. A cet égard, Caroline Atlani souligne que ces informations se révèlent très utiles pour identifier les réseaux organisés, tant sur le terrain que sur internet.

Actions.

Les informations recensées par le Laboratoire Central d’Analyse des Contrefaçons de SANOFI sont communiquées au Pharmaceutical Security Institute (PSI). Le PSI est une organisation à but non lucratif visant notamment à partager les informations relatives à la contrefaçon de médicaments. Le PSI les transmet ensuite à INTERPOL pour que l’Organisation puisse bénéficier de ces indications dans la conduite de ses opérations.

La stratégie de prévention menée par SANOFI constitue l’autre versant de son engagement contre les médicaments contrefaits.

Traçabilité.

Dans de nombreux pays, un code barre « Data Matrix » à deux dimensions renseignant le code produit, le numéro de lot ainsi que la date de péremption du médicament est utilisé en vue de le tracer dans la chaîne d’approvisionnement. Si ce dispositif technique de prévention est efficace sur les marchés traditionnels, Caroline Atlani précise qu’une adaptation de ce code aux pratiques d’achats sur des circuits informels tels qu’internet est en cours d’élaboration. La traçabilité des produits et l’information du consommateur sont ainsi placées au cœur de la stratégie de prévention de SANOFI.

Législation.

Caroline Atlani rappelle que la directive européenne sur les médicaments falsifiés prévoit la présence d’un logo commun certifiant les sites internet et d’un lien vers les agences de santé des pays afin de faciliter l’accès des consommateurs vers des médicaments de qualité. D’autre part, SANOFI est également un membre actif de l’Union des Fabricants (UNIFAB) et s’est mobilisé sur des Chartes portées par le Ministère de l’Industrie. Enfin, le Docteur Caroline Atlani souligne que SANOFI soutient l’initiative Alliance for Safe Online Pharmacies (ASOP EU) qui rassemble des associations de patients, des plateformes actives sur Internet et des acteurs de l’industrie pharmaceutique avec la volonté de lutter contre la contrefaçon de médicaments en ligne.

Communication.

SANOFI a créé le site internet www.fauxmedicamentsvraidanger.com à destination du grand public. Les internautes peuvent y trouver de nombreux conseils de vigilance afin de se prémunir des risques d’achats de médicaments contrefaits. Caroline Atlani rappelle qu’une grande confiance est conférée aux médicaments alors que l’offre illicite dispose d’une grande visibilité sur internet. En outre, SANOFI a mené une campagne de sensibilisation avec Air France afin de sensibiliser les voyageurs aux risques d’achats de contrefaçons de médicaments.

*           *

L’enquête sur la contrefaçon récemment commanditée par SANOFI apporte de nouveaux éclairages sur ce fléau.

Information des consommateurs.

L’enquête réalisée par happycurious pour SANOFI a été menée auprès de 5010 personnes en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni. Elle révèle que seulement 20% des européens interrogées associent les termes « contrefaçon » et « médicaments ». En outre, 84% des personnes interrogées déclarent ne jamais avoir vu ou identifié de faux médicament. Si ces chiffres traduisent la méconnaissance de la contrefaçon de médicaments de la part du grand public, ils témoignent également de la nécessité d’une sensibilisation accrue des consommateurs à ces enjeux.

Expositions aux risques.

Deux situations à risques ont été identifiées dans cette enquête : l’achat de médicaments lors de voyages ainsi que l’achat de médicaments sur internet. A ce titre, l’enquête révèle que pour 90% des personnes interrogées, Internet est perçu comme la première source potentielle de diffusion de faux médicaments.

Disparités entre pays.

Le Docteur Caroline Atlani précise que la France et l’Allemagne semblent davantage sensibilisées à la question de la contrefaçon de médicaments. D’autre part, les disparités entre pays les plus importantes concernent la question de l’usage d’Internet pour l’achat de médicaments. Alors que l’achat online est devenu une pratique courante en Allemagne, les consommateurs demeurent réticents à acheter des médicaments en ligne en Espagne, France et Italie.

*           *

L’analyse des contrefaçons de médicament révèle leur dangerosité et les risques encourus par les consommateurs non-avertis.

Conditions d’hygiène.

Caroline Atlani souligne qu’à la suite de démantèlements, les images des laboratoires clandestins témoignent des conditions d’hygiène dangereuses dans lesquelles sont produits les médicaments contrefaits.

Composition.

Un médicament falsifié peut présenter différentes anomalies telles que l’absence de principe actif, un mauvais dosage de celui-ci, la présence d’un autre principe actif que celui du médicament d’origine ou encore la présence d’impuretés ou de substances toxiques. A titre d’exemples, les faux médicaments peuvent être composés de sucre ou de farine, mais aussi de composés chimiques très dangereux comme de l’antigel.

Logiques de marchés.

Le Docteur Caroline Atlani rappelle que selon une étude récente « pour 1000 dollars investis, un criminel peut engranger 20 000 dollars de profits avec le trafic d’héroïne et 400 000 dollars avec le trafic de faux médicaments ». Aussi est-il nécessaire de souligner que les médicaments faisant l’objet de contrefaçon se caractérisent par leur attractivité et le volume qu’ils représentent sur un marché donné. Ainsi, le marché générique peut également être touché par la contrefaçon.

 

*           *

 

En définitive, bien que l’achat de médicaments en ligne ne soit pas encore une pratique courante chez les consommateurs, Internet tend à s’imposer comme un vecteur majeur de la contrefaçon de médicaments à grande échelle. Alors que les médicaments se distinguent d’autres produits par la confiance naturelle qui leur est accordée par le consommateur, leur contrefaçon se révèle des plus dangereuses pour leur santé. La prévention et l’information du grand public font ainsi figures de priorités dans la lutte contre la contrefaçon.